Notre Histoire, 24 ans d’actions en 24 étapes clés

L’association est née de la réflexion de travailleurs sociaux intervenant auprès des résidents en difficulté hébergés dans un foyer de Cébazat (commune proche de Clermont-Ferrand) afin de pouvoir leur proposer un accompagnement en vue d’une véritable insertion sociale.

Au fil des années, CeCler a développé de nouveaux projets pour répondre aux différentes situations d’exclusion et proposer des solutions d’hébergement adaptées :

 

27 avril 1994, Création de l’association CeCler pour accompagner les hébergés d’un foyer de Cébazat,

Le nom CeCler correspond à l’abréviation des deux communes où l’association se trouvait à son origine : Ce pour Cébazat, Cler pour Clermont-Ferrand)

 

1996 – Les services de l’état confient à l’association la gestion de 15 chambres sur les foyers pour l’accueil et l’accompagnement de public en grande difficulté (dans le cadre de l’Allocation de Logement Temporaire),

1997 – L’association assure la mission d’accompagnement social de 40 roumains accueillis dans un foyer de Clermont-Ferrand,

1999 – Suite aux événements du Kosovo, l’association gére l’autonomisation des 140 kosovars sur un site provisoire (annexe de l’ancien hôpital de Sabourin),

2000 – Une nouvelle mission d’accueil et d’accompagnement social de 30 anciens combattants marocains. Parallèlement, CeCler démarre la gestion du dispositif de la Maraude (jusqu’en avril 2006),

2001 – L’association augmente sa capacité d’accueil de 25 places (dans le cadre de l’Allocation de Logement Temporaire),

2002 – Un Centre d’accueil d’Urgence de Demandeurs d’Asile (CAUDA) de 40 places est mis en place afin de proposer un accueil spécifique,

2004 – Installation du siège et des places d’accueil (Allocation Logement Temporaire) au 6 impasse des rouges gorges sur Clermont-Ferrand – début du partenariat avec Auvergne Habitat,

2005 – Ouverture du Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) avec une capacité de 7 places et un centre d’accueil de nuit de 16 places,

2006 – Installation du CAUDA sur le site des rouges gorges à Clermont-Ferrand,

2007 – Le CHRS ouvre 15 places supplémentaires,

2008 – 8 nouvelles places sur l’accueil de nuit pendant la période hivernale,

2009 – Le CHRS grandit de 4 places et l’accueil de nuit obtient la pérennisation de 24 places à l’année,

2012 – CeCler ouvre un nouveau dispositif appelé « Hébergement Urgence Demandeurs d’Asile » (HUDA) de 70 places à Royat, et l’association fait construire un immeuble rue Barbier d’Aubrée à Clermont-Ferrand pour accueillir le « Relais CeCler », Maison Relais de 30 places destinée à l’accueil d’un public stabilisé,

2013 – L’association ouvre 167 places destinées à l’accueil de familles en Urgence nuit suite à « la crise de de la place de Jaude »,

2014 – Pérennisation de 19 places d’urgence dans le cadre du CHRS,

2015 – CeCler ouvre 20 premières places de Lits Halte Soins Santé dans le Puy-De-Dôme pour accueillir les mal logés nécessitant un suivi médical (problèmes de santé lourds ou handicap),

2016 – Ouverture d’un Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile (CADA) de 70 places sur la commune de Royat (transformation partielle des places d’HUDA).

2017 – Ouverture d’un Centre d’Accueil et d’Orientation (CAO) de 10 places et d’une structure pour des Mineurs Non Accompagnés (MNA) de 68 places.

– Centre d’accueil pré-GUDA (68 places) dans le cadre de la campagne hivernale

– Accueil de réfugiés réinstallés (ACPO) (5 familles)

CAO de Pessat-Villeneuve (54 places)

– Agrément Service Civique

– Agrément pour l’élaboration et la mise en œuvre du parcours de sortie de la prostitution

 

Aide Alimentaire distribuée au Siège de l'Association

Aide Alimentaire distribuée au Siège de l’Association


Le développement des activités de gestion des fonds d’aides, deuxième domaine de compétence de CeCler :

Cette activité est cohérente avec le cœur de métier de l’association puisque ces fonds sont tous destinés à un public en situation de précarité.

Par délégation du Conseil Départemental et de l’Etat, l’association assure la gestion (suivi des demandes, organisation des commissions d’attribution, exécution des décisions des commissions, suivi administratif et comptable …) des dispositifs suivants :

 

2000 : Fonds Solidarité Energie (FSE) – pour aider les personnes en difficulté de paiement des prestations électricités et gaz,

2001 : Fonds d’Aide aux Jeunes (FDAJ) – pour les jeunes (18-25 ans), résidant dans le Puy-de-Dôme, aides de secours d’urgence, de secours temporaires ou aides à l’insertion,

2001 : Fonds d’Aide à la Mobilité (FAM) – pour aider les jeunes entrant en formation dans leurs frais de déplacements – Financement : Conseil Régional,

2001 : Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Jeunes (FIPJ) – pour apporter des « aides financières diverses » aux signataires d’un Contrat d’Insertion dans la Vie Sociale (C.I.V.I.S.), Gestion du dispositif arrêtée en 2012.

2006 : Bourse Autonomie – pour les jeunes (18-25 ans) résidant dans le Puy-de-Dôme et confrontés à de multiples échecs et engagés dans une mesure d’accompagnement,

2009 : L’Aide Personnalisée de Retour à l’Emploi (APRE) – destinée à lever les freins éventuels à la reprise d’une activité professionnelle pour les bénéficiaires du R.S.A. Dispositif supprimé en 2015.

2013 : Fonds d’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) – pour les Mineurs Non Accompagnés de 16 à 18 ans qui ne peuvent pas bénéficier d’un compte bancaire (aide « argent de poche », passeport et mobilité).

famille1